Le système immunitaire 10ème partie

Le système immunitaire 10ème partie

17 avr. 2021

IMMUNITE ET DEPRESSION

Le système immunitaire 10ème partie

Le système immunitaire pourrait avoir une autre tâche à accomplir : combattre la dépression, conclut cette équipe de l’Université de Yale qui détecte une réponse auto-immune inflammatoire dans le système nerveux central et le liquide céphalorachidien de patients atteints de sclérose en plaques.

 

Les scientifiques en sont désormais certains : il existe un lien entre la dépression et l’inflammation, causée par un système immunitaire trop actif. Une découverte qui ouvre la voie à de nouveaux traitements contre cette maladie.

 

Cette comparaison des cellules du système immunitaire présentes dans le liquide céphalorachidien (LCR) de patients en bonne santé vs des patients « malades » de Sclérose en plaques (SEP) suggère, dans la revue Science Immunology, que ces cellules immunitaires pourraient jouer un rôle autre que de défense contre les pathogènes : protéger également notre santé mentale.

 

Environ 30 % des patients dépressifs ne répondent pas au traitement antidépresseur.

 

Et si l’inflammation du cerveau bloquait le processus ? Telle est l’hypothèse sur laquelle travaille le Dr Lucile Capuron, directrice de recherche à l’Inra (Institut national de recherche agronomique), première femme récompensée par le prix Marcel Dassault 2018 et la fondation FondaMental. Ce prix d’une valeur de 300 000 euros salue une approche innovante de la dépression. 

 

Premier constat : « L’inflammation participe à la survenue de la dépression », explique le Dr Capuron.

 

Cette inflammation, mesurable par des marqueurs sanguins comme la protéine C-réactive (CRP), peut être déclenchée par différents facteurs (un stress dans l’enfance, une alimentation inadaptée, une infection...). Elle vient s’ajouter à d’autres facteurs de risque de la dépression : génétiques, héréditaires...

 

Face à cette inflammation, le système immunitaire réagit en libérant dans le cerveau des cytokines qui vont, elles-mêmes, modifier deux neurotransmetteurs essentiels à l’équilibre émotionnel : la dopamine et la sérotonine. Si la synthèse de ces neurotransmetteurs ne se fait pas correctement, les symptômes dépressifs apparaissent.  Pire, l’action des traitements antidépresseurs (qui visent précisément à rétablir les taux de sérotonine et de dopamine) est entravée.

 

Ce mécanisme pourrait expliquer pourquoi certains patients ne sont pas sensibles à ces médicaments. 

 

Plus que jamais, il est temps de prendre soin de vous, de préserver votre santé et booster votre immunité ! Pensez à la réflexologie plantaire

 

A bientôt sur la page "Prendre RDV".

A propos

Pascale Varoquier, consultations en réflexologie et relaxation en cabinet ou à domicile dans le Val d’Oise (95).
Pascale Varoquier : Cabinet de réflexologie / relaxation dans le Val d'Oise (95) (Accueil)